Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites, pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêts, ainsi que des services de partage et pour optimiser les fonctionnalités du site.
Pour en savoir plus sur la protection de votre vie privée et paramétrer les traceurs.

Texas et Ours  

28 mai 2017

 

Texas

C’est en hommage à Wim Wenders et à son film culte Paris, Texas sorti en 1984 et à la musique entêtante de Ry Cooder que Sharleen Spiteri et sa bande (le guitariste Ally McErlaine, le bassiste Johnny McElhone et le batteur Stuart Kerr) ont choisi de nommer leur groupe,Texas.
C’est en 1985 à Glasgow leur ville natale, qu’ils décident de constituer un groupe : « Glasgow a fait de moi ce que je suis. Jeune, j’étais prête à me battre à mort pour me sortir de là. Aujourd’hui, je me sens plus libre et surtout, l’esprit en paix. Je sais ce que je veux. Je sais surtout ce que je ne veux pas. »
Dès leur premier album, Southside en 1989, le Texas sound s’impose, identifiable à la première écoute, sensation qui doit beaucoup au vibrato éclatant de Sharleen Spiteri, la charismatique chanteuse. L’ancienne coiffeuse de Glasgow, qui écrit elle-même ses textes devient alors l’une des égéries de la scène rock mondiale.
Depuis vingt-huit ans, Texas (40 millions de disques vendus) n’a pas quitté le coeur des fans de la première heure. Pourtant, le groupe a été très économe de sa production : neuf albums studio seulement. Comment expliquer une telle longévité ? « D’abord, on s’aime les uns les autres, analyse Sharleen, ce sont mes copains, on aime sortir ensemble. Et puis aussi, on a mûri ensemble. Avec l’âge, on prend de l’expérience. Après tous les obstacles qui auraient pu nous jeter à bas, on se sent plus forts. »
Le dernier album de Texas Jump on Board est sorti en avril 2017. Let’s work it out, le morceau qui ouvre l’album, donne le ton : « La vie est trop courte, trouvons une solution, parfois, dit Sharleen. On est un peu plus vieux, un peu plus sages et on se dit qu’on ne va plus se bagarrer à propos de tout. » La vidéo malicieuse tournée avec son copain, le footballeur Thierry Henry, reflète l’ambiance joyeuse qui a présidé à la réalisation de l’album.

Ours

Pas facile d’être le fils d’Alain Souchon quand comme son père on a choisi d’être chanteur et qu’on a, comme lui, le goût des mélodies intimes et des petites choses de la vie et surtout que l’on aime jouer avec les mots.
Sous son nom de scène, OURS s’est d’abord fait repérer par deux albums aux noms qui fonctionnent en écho : MI en 2007, puis EL en 2011, comme ce « miel qui berce ses chansons, sucrées et qui apaisent » Nombreux sont ceux qui ont bourdonné de plaisir à l’écoute du Cafard des fanfares et d’autres douceurs, avec lesquelles Ours a tourné presque deux ans, bloquant son compteur à pas moins de 170 concerts. En 2017, Ours signe un nouvel album, Jamais su danser. Sa tournée commence à Bordeaux pour la Fête du Fleuve…

La fête commence le samedi 27 mai avec James Blunt et Boulevard des Airs

 

Dimanche 28 mai, Place des Quinconces
à partir de 20h
Concert gratuit, jauge limitée, accès dans la limite des places disponibles 
Une soirée proposée par RTL2 Pop-Rock Live